« Playoff », quand nazisme, basket et amour cohabitent

Petite découverte cinéma avec « Playoff« , un film israélo-germano-français ou l’histoire d’un Israélien qui se retrouve à la tête de l’équipe nationale d’Allemagne de l’Ouest en 1982. Pas encore vu mais ça ne saurait tarder.

Synopsis Allociné :

1982. Entraîneur de basket israélien d’origine allemande, Max Stoller s’est imposé comme une véritable légende dans son pays. Toujours en quête de nouveaux défis, il accepte de prendre en charge l’équipe nationale d’Allemagne de l’Ouest pour l’amener au championnat du monde de Los Angeles. Or, Max doit non seulement entraîner des joueurs démotivés, qui n’ont pas tous envie d’être bousculés dans leurs habitudes, mais il lui faut aussi faire face aux attaques de la presse israélienne qui le considère comme un traître. Ce qui ne l’empêche pas de poursuivre sa mission, coûte que coûte. Sans doute aussi parce qu’il est venu là pour autre chose : repartir sur les traces de son enfance brisée par la guerre, un jour de 1943. Il rencontre alors une jeune femme d’origine turque qui habite dans l’appartement où il a lui-même vécu avec ses parents quarante ans plus tôt. Se retrouvant en elle, il se prend d’affection pour cette déracinée d’aujourd’hui et décide de l’aider…

Sorti en salle le 4 juillet dernier.

Publicités